PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

DPI : la flûte enchantée

mardi 7 juin 2016 à 14:28
Bernard Cazeneuve - par Marc Rees - Licence CC-BY-SA 3.0

Bernard Cazeneuve – par Marc Rees – Licence CC-BY-SA 3.0

Mediapart et Reflets ont révélé hier la nature du programme IOL (Interceptions Obligations Légales) et des relations commerciales entre Qosmos et le gouvernement français. Mediapart en a profité pour nous remettre à l’esprit le bien joli morceau de pipeau de Jean-Jacques Urvoas. À l’époque président de la délégation parlementaire au renseignement, notre ministre de la Justice répondait à une question d’Edwy Plenel concernant très précisément Qosmos :

« Je n’ai jamais rencontré, depuis que je suis (…) président de la délégation parlementaire au renseignement, cette structure, je n’ai jamais entendu qu’elle soit un prestataire de qui que ce soit, en tout cas pas pour les organes qu’il m’arrive de fréquenter »

S’il ne fréquentait pas les bons organes, le bon Jean-Jacques fréquentait apparemment le même club de flûte qu’un certain nombre de ses petits copains, que Mediapart a, assez injustement, oublié de citer. Lors des débats publics sur la loi renseignement, la députée Laure de la Raudière interrogeait ainsi notre ministre des interceptions administratives, des grenades de désencerclement et des coups de tonfa dans la tronche, Bernard Cazeneuve :

« Allez-vous utiliser la technique du deep packet inspection pour recueillir les données ? »

Notre ministre, saisissant prestement son fifre :

« Madame de La Raudière, nous avons déjà échangé sur cette question, je ne sais pas si vous vous en souvenez. Lorsque nous discutions de la loi du 13 novembre 2014 et que nous évoquions la question du blocage administratif des sites, vous m’aviez déjà demandé si nous utilisions la technique du DPI. J’avais alors déclaré devant l’Assemblée nationale qu’il était hors de question d’utiliser cette technique, et je le confirme. »

Las de répéter encore et encore la même rengaine, l’inlassable Bernard déroulait pourtant impeccablement sa partition :

« Je vous confirme ce que j’ai dit de façon inlassable depuis des jours et des semaines – mais à peine la réponse est-elle donnée qu’elle est oubliée, et il faut y revenir ; ce n’est pas vous que je vise en l’occurrence, madame de La Raudière, mais plutôt le brouhaha ambiant et le vacarme médiatique. »

Pas facile de jouer du galoubet au milieu du « brouhaha ambiant » et du « vacarme médiatique », hein ? Et de conclure :

« Nous n’utiliserons pas cette technique. C’est très clair. Je l’ai déjà dit au mois de novembre et je le répète aujourd’hui. (…) Nous n’utiliserons donc en aucun cas cette technique du DPI. »

Cette réponse avait un peu ébouriffé certains commentateurs. En effet, les données collectées, les fameuses métadonnées, sont situées au niveau applicatif. Elles ne sont en principe pas traitées par les opérateurs télécoms qui n’ont besoin que des informations situées dans les couches les plus basses (adresses IP par exemple) pour assurer le routage des paquets. Dès lors, pour les récupérer, les sondes doivent nécessairement aller inspecter le contenu desdits paquets pour en extraire la substantifique moelle.

Layer 7, c'est DPI par votre serviteur - Licence CC-BY

Layer 7, c’est DPI – par votre serviteur – Licence CC-BY

Deep Packet Inspection. Qosmos. Boîtes noires. Flûte à bec.

Notre orchestre ne serait pas au complet sans Eduardo Rihan-Cypel, député, vice-président du groupe à l’Assemblée Nationale, membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées, ancien membre de la commission d’enquête parlementaire sur les services de renseignement, auquel nous souhaitons rendre un vibrant hommage. Le type est tellement doué qu’il arrive à jouer de l’ocarina sans les mains. Si, juré. À tel point que le mélomane Cambadélis l’avait nommé « secrétaire national à la riposte et aux arguments ». Sans rire.

Interrogé par Jean-Marc Manach (à partir de 38:30) sur la mise en oeuvre du DPI et sur les dénégations de Bernard Cazeneuve, il avait réussi l’exploit de hocher la tête, les bras ouverts, auto-satisfait façon « Ah, je vous l’avais bien dit ! Alors, c’est qui le boss du matos ? », cependant qu’Alexandre Archambault, qui connaît un tout petit peu le sujet, était en train de lui enfoncer sa riposte et ses arguments dans l’oreille droite le contredire. Non, sérieusement, courez visionner cette performance artistique. « Moi j’ai juste vu sur Wikipédia, très bêtement », disait-il. Le talent.

Eduardo Rihan-Cypel en plein vol

Eduardo Rihan-Cypel en plein vol

Pas de Qosmos, pas de DPI… Alors les flûtistes, on va pas vous demander de vous excuser. Non, c’est pas notre genre. Et surtout c’est pas le votre. Mais on va quand même vous poser une colle. Sur la première page du document de Qosmos à propos des Interceptions Obligations Légales, il y a marqué quoi ?

ixm-IOL

Les autres, vous dites rien.

Error happened! 0 - Call to undefined function simplexml_load_string() In: /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/autoblog.php:364 http://www.couturat.fr/Projet-Autoblog/autoblogs/refletsinfo_1cad54e4a83836c98f56571ea82451cbd7d3d887/?DPI-la-fl%C3%BBte-enchant%C3%A9e #0 /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #1 /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/refletsinfo_1cad54e4a83836c98f56571ea82451cbd7d3d887/index.php(1): require_once('/var/www/Projet...') #2 {main}