PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Manuel Valls est-il un algorithme ?

lundi 18 janvier 2016 à 21:19
valls-pensee-algorithmique

De l’art de faire accroire que l’on pense

La question de la parole et de l’action politique se pose crûment après les récentes déclarations du Premier ministre lors de la commémoration de l’attaque contre l’Hypercasher. La phrase clef, que Kitetoa dénonce ici, est désormais connue : « Expliquer le djihadisme, c’est déjà l’excuser un peu ». Cette phrase est reliée au concept récent de gouvernance algorithmique, exprimé ici. Au delà des « agents administratifs logiciels » qui sont à l’œuvre grâce aux « boites noires », et donnent aux agents humains des renseignements sur ce que sont — ou ne sont pas — les citoyens parcourant le net, un nouveau cran a été atteint avec la déclaration de Manuel Valls. Une déclaration qui exprime une nouvelle forme de pratique politique. La politique algorithmique. Explications.

Portes logiques

Sans rentrer dans le détail des fondements théoriques de l’informatique, le principe de fonctionnement d’un ordinateur est assez trivial, comparé à celui d’un être humain. L’ordinateur ne réfléchit pas, il compare. Et bien que sa vitesse de comparaison soit bien supérieure à celle de son équivalent humain, il n’en reste pas moins limité à cette obligation de passer par des portes logiques. ET, OU, ET/OU : le champ de réflexion d’un « cerveau de silicium est limité. Il se contente le plus souvent avec des algorithmes de fournir des réponses très simples à des problèmes… très complexes. L’ordinateur ne connaît pas le « peut-être », la remise en question, l’empathie, le doute, le questionnement intérieur.  Bien entendu, avec de nombreuses données, plein de variables et des paramètres dans tous les coins, un algorithme peut donner le change, laisser accroire une forme d’intelligence. Mais cette illusion ne fonctionne pas longtemps lorsque l’on pénètre dans les sphères de l’humain. De la psychologie, de la sociologie, de l’histoire. De la politique ?

Un ordinateur pourrait-il diriger le pays ?

La question qui se pose est donc la « part algorithmique de Manuel Valls ». Si nous mettions en œuvre un programme informatique pour remplacer le Premier ministre — disons pour venir discourir et réagir à des événements, afin d’orienter sa politique à la suite de ces mêmes événements ou pour constater des problèmes — l’algorithme serait assez simple :

Si
Problème de société [sans islamisme]
Dire : « nous avons entendu le message »
Affirmer son autorité
Ajouter politique sécuritaire/libéralisation économique à politique identique
Autrement si
Problème de société [avec islamisme]
Dire phrase type [dictionnaire de phrase islamisme]
Ajouter adjectifs [aléatoire] « inexcusable, intolérable, innommable, impardonnable »
Ajouter politique sécuritaire à politique identique
Fin si

Quelle différence y-aurait-il entre une « machine Manuel Valls » équipée de cet algorithme — et qui viendrait parler à la suite d’attentats comme ceux du 13 novembre, ou de l’agression de Marseille d’un adolescent de 16 ans contre un enseignant juif — et le vrai Manuel Valls? Aucune. Une machine effectuerait exactement la même démarche que Manuel Valls : elle réagirait, avec son dictionnaire de phrases et d’adjectifs, et proposerait, dans cette même logique, des lois, des aménagements encore plus sécuritaires. Refuserait de « comprendre, « d’analyser »,  puisque son programme le lui interdit, mais quand bien même : un algorithme ne peut pas « comprendre » le phénomène djihadiste en lien avec la société (son histoire, son économie, sa politique, ses influences etc…). Pourtant Manuel Valls et son gouvernement sont censés le pouvoir. Normalement.

Les conséquences de l’algorithmie appliquée à la politique

Il va sans dire qu’une société qui refuse de chercher les causes profondes de ses problèmes — et ne pratique qu’une seule et même politique basée sur la seule efficacité binaire — risque de se confronter à des problèmes très graves. Une société moderne et ouverte, dont les fondements sont ceux du siècle des lumières, qui a participé à changer le monde en montrant l’exemple avec l’universalisme des droits de l’homme, qui se retrouve sous le joug politique de gouvernants sans âme, dans le refus de réfléchir, ne peut pas survivre longtemps.

La France est ce pays, qui a su engendrer des artistes incroyables, des intellectuels brillants, des mouvements contestataires puissants, qui a inventé un nombre incalculables de choses merveilleuses, accueilli des millions d’étrangers, et qui est — en partie — désormais sous le règne d’algorithmes.

Ce constat amène à se poser la question suivante : si les politiciens au pouvoir sont désormais parfaitement binaires, incapables de débattre du fond des problèmes, seulement programmés pour affirmer une même et unique chose, dans chaque circonstance, avec l’impossibilité, le refus de chercher, analyser les problèmes afin de proposer des voies qui pourrait les résoudre, comment pouvons-nous encore faire société ?

En nous transformant en citoyens algorithmiques ?

Error happened! 0 - Call to undefined function simplexml_load_string() In: /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/autoblog.php:364 http://www.couturat.fr/Projet-Autoblog/autoblogs/refletsinfo_1cad54e4a83836c98f56571ea82451cbd7d3d887/?Manuel-Valls-est-il-un-algorithme #0 /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #1 /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/refletsinfo_1cad54e4a83836c98f56571ea82451cbd7d3d887/index.php(1): require_once('/var/www/Projet...') #2 {main}