PROJET AUTOBLOG


La Quadrature du Net

Site original : La Quadrature du Net

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

[LeMonde] Comment des villes « hyper connectées » contrôlent l’espace public

mercredi 30 janvier 2019 à 11:00

A Nice, Marseille ou Nîmes, on travaille avec des plates-formes numériques, quitte à repousser les frontières des libertés. […]

Françaises ou non, ces technologies soulèvent quelques inquiétudes. « La safe city, c’est la prolifération d’outils issus du milieu du renseignement, dans une logique de surveillance massive, d’identification des signaux faibles, des comportements suspects », dénonce Félix Tréguer, un responsable marseillais de l’association La Quadrature du Net. « Ces outils permettront un contrôle social très sophistiqué quand leur potentiel sera optimisé, estime-t-il. Nous ne trouvons pas rassurant que la police municipale devienne le service de renseignement de l’espace public urbain et de son double numérique. » […]

https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/12/19/au-nom-de-la-smart-city-des-villes-sous-surveillance_5399527_3234.html

[NRLDP : Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.]

[BFMTV] Nice et Marseille testeront des dispositifs de reconnaissance faciale à l’entrée de deux lycées

mardi 29 janvier 2019 à 11:00

Des portiques dotés d’une technologie de reconnaissance faciale seront déployés dès janvier 2019 dans le lycée des Eucalyptus, à Nice, et dans le lycée Ampère, à Marseille, pour contrôler l’entrée des élèves. […]

« L’un des problèmes majeurs de ce projet a trait au régime commercial qui sera appliqué à ces données », complète Antonio Casilli, professeur de sociologie à Télécom ParisTech et à l’EHESS. « Leur circulation dans les infrastructures d’une entreprise américaine constitue une forme de valorisation abusive. Par ailleurs, la reconnaissance faciale est en soi répressive, invasive et discriminante et a tendance à comprendre des biais et à surcibler des minorités. En l’occurrence, elle habituera les lycéens au fait d’être constamment enregistrés, comparés et jugés. » […]

https://www.bfmtv.com/tech/nice-et-marseille-testeront-des-dispositifs-de-reconnaissance-faciale-a-l-entree-de-deux-lycees-1590434.html.

[NRLDP : Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.]

Opération « Bloque la pub sur Internet »

lundi 28 janvier 2019 à 14:31

À l’occasion de la journée européenne de protection des données, ce lundi 28 janvier 2019, Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP) et La Quadrature du Net, soutenues par d’autres associations, lancent une opération Bloque la pub sur Internet et passe le bloqueur à tes voisin·es.
Cette opération continue de mettre en évidence les effets négatifs de la publicité en ligne et les outils pour s’en prémunir !

 
Internet est devenu un espace prioritaire pour les investissements des publicitaires. En France, pour la première fois en 2016, le marché de la publicité numérique devient le « premier média investi sur l’ensemble de l’année », avec une part de marché de 29,6%, devant la télévision. En 2017, c’est aussi le cas au niveau mondial. Ce jeune « marché » est principalement capté par deux géants de la publicité numérique. Google et Facebook. Ces deux géants concentrent à eux seuls autour de 50% du marché et bénéficient de la quasi-totalité des nouveaux investissements sur ce marché. « Pêché originel d’Internet », où, pour de nombreuses personnes et sociétés, il demeure difficile d’obtenir un paiement monétaire direct pour des contenus et services commerciaux et la publicité continue de s’imposer comme un paiement indirect. 

Les services vivant de la publicité exploitent le « temps de cerveau disponible » des internautes qui les visitent, et qui n’en sont donc pas les clients, mais bien les produits. Cette influence est achetée par les annonceurs qui font payer le cout publicitaire dans les produits finalement achetés.
La publicité en ligne a plusieurs conséquences : en termes de dépendance vis-à-vis des annonceurs et des revenus publicitaires, et donc des limites sur la production de contenus et d’information, en termes de liberté de réception et de possibilité de limiter les manipulations publicitaires, sur la santé, l’écologie… 
En ligne, ces problématiques qui concernent toutes les publicités ont de plus été complétées par un autre enjeu fondamental. Comme l’exprime parfaitement Zeynep Tufekci, une chercheuse turque, « on a créé une infrastructure de surveillance dystopique juste pour que des gens cliquent sur la pub ». De grandes entreprises telles que Google, Facebook et d’autres « courtiers en données » comme Criteo ont développés des outils visant à toujours mieux nous « traquer » dans nos navigations en ligne pour nous profiler publicitairement. Ces pratiques sont extrêmement intrusives et dangereuses pour les libertés fondamentales. 
 
L’Europe dispose pourtant désormais d’un règlement qui devrait mettre majoritairement fin à cette exploitation de nos données personnelles. En vertu du règlement général pour la protection des données RGPD, la plupart de ces pratiques de collecte de données personnelles en ligne devraient reposer sur un consentement libre et éclairé. Sinon, ces pratiques sont illégales. C’est sur ce fondement que La Quadrature du Net a porté plainte collectivement contre les 5 géants du numérique. Si le RGPD est rentré en application récemment et que ces plaintes collectives prennent du temps, la CNIL française a déjà agi sur des questionnements similaires, et a même, lundi 22 janvier 2019, commencé à sanctionner Google à une amende de 50 millions d’euros s’agissant de ces pratiques relatives à Android.
Il est temps que cette législation soit totalement respectée et que les publicitaires cessent de nous espionner en permanence en ligne.
 
Un sondage BVA-La Dépêche de 2018 révélait que 77% des Français·es se disent inquiet·es de l’utilisation que pouvaient faire des grandes entreprises commerciales de leurs données numériques personnelles. 83% des Français·es sont irrité·es par la publicité en ligne selon un sondage de l’institut CSA en mars 2016 et « seulement » 24% des personnes interrogées avaient alors installé un bloqueur de publicité.
 
Le blocage de la publicité en ligne apparait comme un bon outil de résistance pour se prémunir de la surveillance publicitaire sur Internet. Pour l’aider à se développer, nos associations lancent le site Internet :

bloquelapub.net

Plusieurs opérations collectives ou individuelles de sensibilisation et blocages de la publicité auront lieu sur plusieurs villes du territoire français et sur Internet peu de temps avant et le jour du 28 janvier 2019, journée européenne de la « protection des données personnelles ». Le jour rêvé pour s’opposer à la publicité en ligne qui exploite ces données !
 

RAP et La Quadrature du Net demandent :

– Le respect de la liberté de réception dans l’espace public et ailleurs, le droit et la possibilité de refuser d’être influencé par la publicité,
– Le strict respect du règlement général pour la protection des données et l’interdiction de la collecte de données personnelles à des fins publicitaires sans le recueil d’un consentement libre (non-conditionnant pour l’accès au service), explicite et éclairé où les paramètres les plus protecteurs sont configurés par défaut. Les sites Internet et services en ligne ne doivent par défaut collecter aucune information à des fins publicitaires sans que l’internaute ne les y ait expressément autorisés.
 
Rendez-vous sur bloquelapub.net et sur Internet toute la journée du 28 janvier 2019
 
Les associations soutiens de cette mobilisation : Framasoft, Le CECIL, Globenet
Contact : contact@bloquelapub.net, contact@antipub.org, contact@laquadrature.net

D. Dalton, rapporteur sur le règlement antiterroriste, est sur le point d’autoriser la censure de masse

lundi 28 janvier 2019 à 12:44

Daniel Dalton est député au Parlement européen (Royaume-Uni, ECR – Extrême-droite) et a été désigné rapporteur pour la Commission LIBE sur le règlement de censure antiterroriste (lire notre article sur le texte). Venant du Royaume-Uni, il ne fera plus partie du Parlement européen d’ici quelques mois, mais il compte auparavant laisser l’Union européenne sous-traiter la censure de l’Internet à Google et Facebook, détruire les autres acteurs de l’Internet et laisser à la police le pouvoir d’ordonner le retrait en une heure de contenus qu’elle juge illicite, et cela sans autorisation judiciaire.

Mercredi dernier, il a publié son projet de rapport – un texte sur lequel se basera le Parlement européen pour amender la proposition sécuritaire de la Commission européenne publiée en septembre dernier, proposition poussée par la France et l’Allemagne. Ce projet de rapport ne propose aucun vrai changement par rapport au texte initial. Peut-être que, nous laissant bientôt à notre sort, M. Dalton n’a rien à faire de ce règlement.

Ou est-ce vraiment le cas ?

Lors des derniers mois, Dalton a pourtant exprimé publiquement son opposition aux obligations de filtrage automatique qui résulteront de l’article 13 de la directive sur le droit d’auteur.

Il a ainsi clairement énoncé que « Les grands acteurs comme Google et Amazon auront la capacité de respecter les obligations qui leur seront imposées par le texte de la commission JURI sur l’article 13, c’est à dire de chercher des millions d’ayant-droits à travers le monde, de conclure avec eux des accords et mettre en place des logiciels sophistiqués de surveillance, ce que ne pourront peut-être pas faire des petites entreprises unipersonnelles à temps partiel. La mise en ligne de nombreux contenus légitimes sera automatiquement empêchée par ces logiciels de surveillance de contenu que les sites auront l’obligation d’installer. De nombreux utilisateurs ne contesteront pas ces décisions, ce qui constitue une entrave inacceptable à la liberté d’expression, ce qui serait un changement fondamental pour la nature de l’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui ». Alors pourquoi ferait-il aujourd’hui l’opposé ?

Il y a deux hypothèses.

Première possibilité : il n’a jamais été sincère et il travaille en réalité depuis le début pour Google. Google est contre l’article 13 ? Dalton l’est aussi. Google bénéficiera largement de ce règlement antiterroriste, car celui-ci détruira nombre de ses concurrents et le placera au centre du système de modération du Web ? Dalton défend ce texte. C’est une hypothèse très cynique et nous ne préférons pas y croire.

Seconde hypothèse : Dalton est sincère mais mal informé. Il n’a pas lu les lettres ouvertes signées par des dizaines d’acteurs de l’Internet ou les analyses que nous avons publié aux côtés de nombreuses autres organisations et associations (EDRi ou Mozilla par exemple). C’est assez crédible. Le seul changement que suggère Dalton dans son projet de rapport est d’indiquer que le règlement ne devra pas conduire à un filtrage automatisé des contenus. C’est en accord avec sa position sur la directive droit d’auteur. Mais il n’a pas encore réalisé que, malgré sa proposition, le cœur même du texte ne peut conduire qu’à une forme de censure automatisée.

Si les acteurs de l’Internet sont obligés de prévoir un point de contact disponible 24h/24 et 7 jours sur 7 pour répondre en moins d’une heure aux injonctions de retrait de la police (quelque chose toujours présent dans le projet de rapport), qu’est-ce que Dalton pense qu’il arrivera ? Très peu d’acteurs seront capables de retirer des contenus dans un tel délai. Et, de toutes façons, personne n’attendra calmement que la police les appelle. La plupart des acteurs ne pourront que déléguer la modération des contenus à d’autres entreprises. Lesquelles ? Il suffit, pour comprendre, de lire les communiqués publiés conjointement par la Commission européenne, Google et Facebook : ces entreprises prétendent être capables de détecter et de retirer des contenus soi-disant terroristes en une heure et la Commission explique que les petits acteurs devront désormais utiliser leurs outils1Dès juin 2017, la Commission européenne se félicite publiquement « avoir travaillé depuis deux ans avec les plateformes clefs du Web au sein du Forum européen de l’Internet », qui regroupe Google, Facebook, Twitter et Microsoft depuis 2015, « pour s’assurer du retrait volontaire de contenus terroristes en ligne », notamment grâce à « l’initiative menée par l’industrie de créer une « base de données d’empreintes numériques » [« database of hashes »] qui garantit qu’un contenu terroriste retiré sur une plateforme ne soit pas remis en ligne sur une autre plateforme ».
Pour la Commission, déjà, « l’objectif est que les plateformes en fassent davantage, notamment en mettant à niveau la détection automatique de contenus terroristes, en partageant les technologies et les outils concernés avec de plus petites entreprises et en utilisant pleinement la « base de données d’empreintes numériques » » (toutes ces citations sont des traductions libres de l’anglais).
<script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_1").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_1", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });.

C’est plutôt simple : le but même de ce règlement est de forcer tous les acteurs de l’Internet à utiliser les outils développés par Google et Facebook depuis deux ans dans le cadre du Forum de l’UE sur l’Internet. La Commission européenne ne s’en est jamais cachée. Si Dalton est sincèrement opposé au filtrage automatisé et ne travaille pas pour Google, il devrait simplement retirer son projet de rapport et demander le rejet du règlement – ce texte n’étant d’aucun façon amendable ou améliorable.

Un premier vote sur ce projet de rapport est prévu pour le 21 mars. La Quadrature du Net rencontrera cette semaine des députés du Parlement européen et nous vous tiendrons au courant des retours du terrain.

« Les déclarations de M. Dalton ne semblent pas correspondre à ses actions. S’il est vraiment opposé au filtrage automatisé, alors pourquoi s’y oppose-t-il seulement quand il s’agit de la directive droit d’auteur et pas sur le règlement de censure antiterroriste ? Si vous êtes aussi intrigués que nous par le comportement incohérent de M. Dalton, n’hésitez pas à lui demander directement » suggère Martin Drago, chargé d’analyse juridique à La Quadrature du Net.

References   [ + ]

1. Dès juin 2017, la Commission européenne se félicite publiquement « avoir travaillé depuis deux ans avec les plateformes clefs du Web au sein du Forum européen de l’Internet », qui regroupe Google, Facebook, Twitter et Microsoft depuis 2015, « pour s’assurer du retrait volontaire de contenus terroristes en ligne », notamment grâce à « l’initiative menée par l’industrie de créer une « base de données d’empreintes numériques » [« database of hashes »] qui garantit qu’un contenu terroriste retiré sur une plateforme ne soit pas remis en ligne sur une autre plateforme ».
Pour la Commission, déjà, « l’objectif est que les plateformes en fassent davantage, notamment en mettant à niveau la détection automatique de contenus terroristes, en partageant les technologies et les outils concernés avec de plus petites entreprises et en utilisant pleinement la « base de données d’empreintes numériques » » (toutes ces citations sont des traductions libres de l’anglais).
<script type="text/javascript"> function footnote_expand_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").show(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("-"); } function footnote_collapse_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").hide(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("+"); } function footnote_expand_collapse_reference_container() { if (jQuery("#footnote_references_container").is(":hidden")) { footnote_expand_reference_container(); } else { footnote_collapse_reference_container(); } } function footnote_moveToAnchor(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container(); var l_obj_Target = jQuery("#" + p_str_TargetID); if(l_obj_Target.length) { jQuery('html, body').animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top - window.innerHeight/2 }, 1000); } }

[RadioCampusParis] La matinale – Quadrature du net & Les enfant.e.s du désordre

lundi 28 janvier 2019 à 11:00

Conserver un internet libre pour diversifier et démêler les vérités et des mensonges à propos des usages d’internet c’est le quotidien des activistes de La Quadrature du net. Martin Drago et Marne sont au micro de la Matinale de 19h pour réagir au projet de la Commission Européenne de censure antiterroriste sur internet. Ils nous offrent aussi un décryptage des usages et libertés sur internet.

« Pour soi-disant nous protéger du terrorisme, on impose des interdictions très restrictives à l’ensemble des acteurs d’internet que ce soit les grands réseaux, les forums et les sites. » […]

https://www.radiocampusparis.org/la-matinale-la-quadrature-du-net-les-enfant-e-s-du-desordre/

[NRLDP : Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.]

Error happened! 0 - Call to undefined function simplexml_load_string() In: /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/autoblog.php:364 http://www.couturat.fr/Projet-Autoblog/autoblogs/wwwlaquadraturenet_44e8acc42497346e638a15ab33c4994359e275c3/?12 #0 /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #1 /var/www/Projet-Autoblog/autoblogs/wwwlaquadraturenet_44e8acc42497346e638a15ab33c4994359e275c3/index.php(1): require_once('/var/www/Projet...') #2 {main}